L’importance de la nutrition dans la maladie cancéreuse est établie depuis longtemps. Il a été
reconnu que l’amélioration du statut nutritionnel et la prise en charge diététique permettent
aux patients de mieux supporter les traitements et participent à l’amélioration de la qualité
de vie et du pronostic de la maladie.

Le soin nutritionnel doit faire partie intégrante de la prise en charge.

Les thérapeutiques ont pour principal objectif la guérison mais elles peuvent induire par
différents mécanismes une altération des apports alimentaires oraux et une augmentation
des besoins énergétiques.

Presque la totalité des personnes atteintes de cancer ont une problématique nutritionnelle :
perte/prise de poids, troubles de l’appétit, du goût, du transit…

« Bien manger » est devenu crucial pour les personnes atteintes de cancer.

Le cancer est une épreuve pour votre corps ainsi que pour votre mental, c’est une période où
vous devez prendre soin de vous sans être trop exigeant. Garder ou retrouver le plaisir de
manger permet de mieux appréhender les conséquences de la maladie.

Afin de réduire le risque de cancer, voici quelques recommandations consensuelles à adopter.
Des aménagements seront proposés en fonction de chaque individu. Il est bien évident que la
personne atteinte de cancer, en cours de traitement ou pas, n’aura pas les mêmes besoins
nutritionnels qu’une personne non malade. Il conviendra donc de faire un point bien
spécifique avec l’oncologue pour ajuster les apports quotidiens.

  • Augmenter sa consommation de FRUITS et LÉGUMES
  • Avoir une alimentation riche en CEREALES COMPLETES. Privilégiez les pâtes, le riz, le pain
    complet plutôt que des produits raffinés qui n’apportent pas de fibres.
  • Limiter sa consommation de VIANDE ROUGE et CHARCUTERIE
    Pour compléter les apports en protéines, il est conseillé d’alterner avec des viandes blanches, du poisson, des œufs et des légumineuses.
  • Limiter la consommation de SEL : en réduisant la consommation d’aliments transformés salés (produits industriels, fromages, charcuteries…) mais aussi en réduisant l’ajout de sel pendant la cuisson et dans l’assiette.
  • Limiter la consommation de fast-food et d’aliments ultra-transformés et riches en matières grasses ou sucrées
  • Augmenter sa consommation d’OMEGA 3
  • Boire de l’eau – Limiter la consommation de boissons sucrées
  • Ne pas consommer d’alcool
  • Ne pas fumer
  • Maintenir son poids de santé
  • Pratiquer une activité physique
  • Préférer les filières « Bio » et éviter l’excès de polluants et de perturbateurs
    endocriniens
  • Respecter ses rythmes de sommeil
  • Apprendre à lire les étiquettes

Pas de panique ! Il ne s’agit pas de tout bien faire du jour au lendemain. Il s’agit d’adapter son quotidien en faisant un peu mieux chaque jour, chaque semaine, chaque mois. Chacun son rythme pour laisser place aux nouvelles bonnes habitudes.

Important!
Aujourd’hui, il faut rester vigilant face aux multitudes d’informations et phénomènes de mode que l‘on peut trouver dans les médias sans validation ni bases scientifiques. N’oubliez pas que votre médecin et/ou votre oncologue est là pour vous renseigner, pour vous accompagner et répondre à vos questions.

Pour prendre soin de soi :
Voici deux sites intéressants :

  • Vite fait Bienfaits propose des recettes adaptées aux personnes suivant des traitements médicaux et ayant des effets indésirables.
    Site officiel : https://vite-fait-bienfaits.fr
  • Manger bouger propose des astuces pour manger mieux et bouger plus
    afin de garder un équilibre.
    Site officiel : https://www.mangerbouger.fr