La préservation de la fertilité est proposée dans tous les cas chez l’homme ou la femme où il existe :

  • un risque d’altération quantitative ou qualitative de la gamétogenèse (mécanisme biologique conduisant à la formation des ovocytes et des spermatozoïdes),
  • un risque d’altération du fonctionnement des ovaires et des testicules.

Les indications médicales sont :

  • Les insuffisances ovariennes prématurées survenues spontanément (cause génétique le plus souvent)
  • Les traitements potentiellement toxiques pour l’appareil reproducteur (chimiothérapies anti cancéreuses, radiothérapies)
  • Les autres causes (endométriose, torsion annexielles, maladies auto-immunes et leurs traitements, certaines chirurgies de kystes ou de tumeurs

Fiche de renseignements

Préservation fertilité féminine

Fiche de renseignements

Préservation fertilité masculine

  • CONSERVATION D’OVOCYTES ET D’EMBRYONS

    Cette technique nécessite le prélèvement d’ovocytes. Il se fait par ponction transvaginale, à l’issue d’un traitement hormonal (stimulation ovarienne, pour en savoir plus La congélation des ovocytes a longtemps été plus problématique que celle du sperme, en raison du volume et de la teneur en eau des gamètes féminins. Cette difficulté a été contournée grâce à la « vitrification ». Cette technique de congélation ultrarapide consiste à plonger les cellules directement dans l’azote liquide à -196°C au lieu de procéder à une congélation lente comme pour le sperme. La vitrification évite la formation de cristaux qui altéraient dans l’ovocyte lors de la décongélation.

    • Dans certains cas, le délai nécessaire à la stimulation ovarienne ne peut être respecté compte tenu de l’urgence du traitement anticancéreux. Par ailleurs, en cas de cancer hormonodépendant, cette stimulation est théoriquement contre-indiquée. Dans ces situations, il est possible de prélever des ovocytes immatures(sans stimulation ovarienne), de les faire maturer in vitro (MIV), puis de congeler les ovocytes matures ou de les féconder en vue d’une cryopréservation embryonnaire.
    • La cryopréservation d’embryons se pratique quant à elle en routine depuis plus de 25 ans dans tous les centres d’assistance médicale à la procréation. Plus de 90 % des embryons résistent aujourd’hui à la décongélation et le transfert d’embryon congelé donne une naissance dans environ 10 % des cas.

    SONY DSC

  • CONSERVATION DE TISSU OVARIEN

    • Chez les femmes pubères et prépubères, il est aussi possible de prélever et de congeler du tissu ovarien depuis 1995. Cette technique est particulièrement indiquée en cas de traitement très toxique pour les ovaires, tel qu’une radiothérapie pelvienne ou une chimiothérapie à base d’alkylants à fortes doses. Elle permet de préserver un grand nombre de follicules en vue d’une greffe ultérieure. Le prélèvement est réalisé à l’occasion d’une cœlioscopie et peut être effectué sans délai, quelle que soit la phase du cycle.
    • La transplantation d’un ou plusieurs fragments ovariens a pour objectif de rétablir une fonction ovarienne complète. De fait, elle permet d’envisager des grossesses naturelles ou médicalement assistées. La durée fonctionnelle des greffons est variable, de quelques mois à plusieurs années, permettant ainsi d’envisager plusieurs grossesses. Néanmoins, le risque théorique de réimplanter des cellules malignes présentes dans le greffon n’est pas nul et il peut constituer une contre-indication à cette stratégie.
    • Des recherches très actives sont actuellement menées pour permettre l’obtention de follicules matures à partir des follicules primordiaux contenus dans les fragments de tissu ovarien. Ces techniques de « folliculogenèse in vitro» permettront à terme d’éviter les greffes, en particulier dans les cas où un risque de réintroduction de cellules malignes n’est pas exclu.

    SONY DSC

  • CONSERVATION DE SPERME

    • La congélation du sperme est pratiquée depuis environ 30 ans. Les échantillons sont recueillis par masturbation chez les personnes qui ont des spermatozoïdes matures (en général à partir de 12 ans). Néanmoins, dans plus de 10 % des cas, le recueil peut poser problème compte tenu de l’état de santé du patient ou de son âge (jeune adolescent notamment). En outre, les caractéristiques du sperme (le nombre de spermatozoïdes et leur mobilité) peuvent être sévèrement diminuées du fait de l’état général du patient. Dans ces situations, un prélèvement chirurgical de spermatozoïdes directement dans les testicules peut être envisagé, même de façon urgente.
    • Après décongélation, les spermatozoïdes peuvent être utilisés pour une insémination intra-utérine ou encore pour une fécondation in vitro. Actuellement, 40 000 hommes disposent de sperme congelé en France.

  • CONSERVATION DE TISSU TESTICULAIRE

    Chez le garçon prépubère, le recueil de spermatozoïdes par masturbation est impossible. Il est donc proposé de prélever et de congeler du tissu testiculaire. Le prélèvement s’effectue au cours d’une intervention chirurgicale. L’objectif est d’utiliser ces échantillons de tissu pour réaliser une maturation in vitro des cellules germinales immatures qu’ils contiennent. Une autre possibilité est de réimplanter le tissu prélevé à l’issue du traitement toxique.

    A ce jour, ces deux techniques sont encore expérimentales. La greffe devrait théoriquement permettre de restaurer la fonction totale du testicule, mais aucun essai n’a encore permis de valider ce postulat. En outre, il existe un risque théorique de réintroduire des cellules malignes présentes dans le tissu prélevé chez le patient (malgré les précautions prises par les cytologistes

Depuis 20 ans, le Centre AMP St Roch pratique les techniques d’Aide Médicale à la Procréation (inséminations et fécondations in vitro). Avec le déménagement récent de la clinique Saint Roch, le Centre bénéficie d’un plateau technique moderne et d’une prise ne charge optimisée des couples infertiles. Près de 1200 tentatives de FIV sont réalisées chaque année ce qui en fait le plus gros Centre de PMA de la région Occitanie et l’un des plus important en France.

Le Centre AMP Saint Roch est l’un des rares Centres à être autorisé pour cette activité de Préservation fertilité. Pour joindre le Centre AMP St Roch :

04 67 10 58 67
amp.contact@labosud.fr
Fax : 04 67 04 38 59
Site internet : ivf-france.fr

Médecine de la Reproduction :

Dr Hélène Creux / Dr Nicolas Chevalier / Pr Hervé Dechaud / Dr Jean Christophe Lainé / Dr Olivier Pouget / Dr Rusudan Peikrishvili

Secrétariat Préservation Fertilité : 04 67 10 58 67

Biologie de la Reproduction :

Dr Gilles Régnier-Vigouroux 04 67 10 58 64

Dr Guillaume Quéré 04 67 10 58 66

Dr Pierre Sanguinet 04 67 10 58 65

Secrétariat Laboratoire : 04 67 10 58 67 / 04 67 52 00 42