• Qu’est-ce qu’un scanner thoraco-abdomino-pelvien ?

    Un SCANNER (également appelé Tomodensitométrie ou TDM) est une technique qui  utilise des rayons X  à faibles doses, orientés sur la partie du corps humain à examiner, pour créer des images  en coupes des organes. Lors d’un scanner thoraco-abdomino-pelvien, l’exploration s’étend de la base du cou jusqu’au pubis.

    L’appareil comporte une table d’examen (ou couchette) qui glisse dans un anneau. Le patient est allongé sur la table d’examen et le thorax et l’abdomen  se trouve dans l’anneau dans lequel tourne un émetteur à rayons X.  Vous ne serez donc pas enfermé comme lors d’une IRM. À chaque tour, une image de votre corps est prise. Le scanner permet ainsi de réaliser une succession d’images de l’intérieur du corps (généralement plus de 200). Les images sont visualisées sur un écran d’ordinateur sous forme de coupes. En les assemblant, on peut recréer une image en trois dimensions.

    L’examen est réalisé par un manipulateur de radiologie sous la responsabilité d’un médecin radiologue qui analyse les images.

  • À quoi sert un scanner thoraco-abdomino-pelvien ?

    Un scanner permet de rechercher des anomalies au niveau des organes explorés.  Il permet par exemple de rechercher ou de mieux localiser une tumeur dans un organe, de rechercher une infection ou une hémorragie. Lorsqu’une tumeur est présente, un scanner peut permettre aussi de mieux se rendre compte de ses caractéristiques. Un scanner permet de contrôler l’efficacité de certains traitements et de surveiller l’évolution d’une anomalie. En localisant bien les organes par rapport aux autres, il permet également de guider des prélèvements percutanés (biopsies, ponctions).

    La plupart des scanners thoraco-abdomino-pelviens  sont réalisés avec un produit de contraste iodé injecté dans le sang afin de mieux visualiser les vaisseaux ou les anomalies dans les organes.

    Le médecin radiologue est qualifié pour choisir la meilleure technique adaptée à votre cas. Il se peut toutefois qu’un scanner ne puisse donner toutes les réponses : d’autres examens peuvent alors être proposés.

  • Qu’est-il nécessaire de faire avant un scanner ?

    Sauf en cas d’urgence, un scanner s’effectue sur rendez-vous.

    Lorsque vous prenez rendez-vous, munissez-vous de la lettre du médecin. Dans certains cas, une prise de sang peut être nécessaire pour vérifier le fonctionnement des reins. Il est possible aussi qu’on vous prescrive un produit de contraste iodé à injecter : si vous savez ne pas supporter ce type de produit, n’hésitez pas à le signaler au secrétariat du service de radiologie.

    Le jour de l’examen, vous devez apporter :

    • vos documents administratifs : carte vitale, pièce d’identité, papiers de prise en charge à 100% (si c’est votre cas) et de mutuelle;
    • la demande de votre médecin (ordonnance, lettre);
    • vos documents radiologiques antérieurs (radiographies, échographies, sacnners et IRM) résultats. Si le radiologue repère une anomalie indéterminée au scanner, l’analyse de ces documents peut permettre de l’expliquer;
    • vos résultats d’analyses de sang;
    • la liste écrite des médicaments que vous prenez;
    • le produit de contraste iodé si on vous en a prescrit un.

    Si l’examen nécessite l’injection intra veineuse  d’un  produit de contraste iodé, il est nécessaire de ne pas prendre d’aliment quatre heures avant l’examen, mais vous pouvez boire de l’eau et prendre vos médicaments. Il est également conseillé d’éviter de fumer.

    Le produit de contraste peut entraîner une envie plus pressante d’uriner : n’hésitez pas à aller aux toilettes avant le début de l’examen afin de ne pas être gêné pendant son déroulement.

  • Le déroulement de votre scanner thoraco-abdomino-pelvien:

    Après avoir signalé votre arrivée à l’accueil, vous êtes dirigé vers la salle d’attente.

    Vous passez ensuite dans une cabine de préparation. Le manipulateur de radiologie vous indique quels sont les vêtements et les bijoux à retirer. Vous lui remettez la lettre du médecin et les éléments du dossier médical en votre possession. Vous devrez répondre aux questions qui vous seront posées sur votre état de santé ainsi que sur les médicaments que vous prenez (liste écrite des médicaments). Certains traitements devront en effet être modifiés ou interrompus à la suite de l’examen. Dans le cas où un produit de contraste est utilisé, le manipulateur de radiologie place un cathéter  (avec une perfusion) dans une veine de votre bras. Cette phase de préparation dure environ de 15 à 30 minutes.

    Ensuite, vous serez dirigé vers la salle d’examen.  Pendant l’examen vous serez allongé sur un lit qui se déplace dans un large anneau, le plus souvent sur le dos et seul dans la salle d’examen. Nous pourrons communiquer avec vous grâce à un micro. L’équipe se trouve tout près de vous, derrière une vitre. Elle vous voit et vous entend pendant tout l’examen, elle vous donne des informations pour son bon déroulement. Si cela est nécessaire, elle peut intervenir à tout instant. Au moment de l’injection du produit de contraste vous ressentirez une sensation de chaleur et un goût bizarre dans la bouche, cela ne doit pas vous inquiéter. Si vous ressentez une douleur lors de l’injection, il faut le signaler immédiatement.La durée de l’examen est d’environ 10 mn.

    Ensuite la perfusion est retirée. Il est nécessaire de comprimer la veine qui a été utilisée pendant au moins 3 minutes. Vous pouvez alors vous rhabiller.

  • Cet examen comporte-t-il des risques ?

    Les risques de cet examen peuvent être liés à l’utilisation de rayons X ou à l’injection intra-veineuse d’un produit de contraste.

    –  Les risques liés aux rayons X

    En matière d’irradiation des patients, rien n’a pu être démontré dans ce domaine, compte tenu des faibles doses utilisées. La formation du personnel, les contrôles fréquents du matériel et l’aménagement de la salle d’examen sont étudiés afin que l’irradiation soit aussi faible que possible pour obtenir des informations de qualité indispensables au diagnostic. Des précautions concernant les femmes enceintes doivent être prises systématiquement. C’est pourquoi il est important de signaler si vous pouvez être dans ce cas.

    –  Les risques liés à l’injection d’un produit de contraste

    Comme lors de toute introduction de produit pharmaceutique dans le corps, des réactions indésirables peuvent survenir. Il arrive parfois qu’au moment de l’injection, une partie du produit sorte autour de la veine. Dans d’autres cas, l’intérieur de la veine peut s’irriter dans les jours qui suivent l’examen (veinite). Dans ces deux cas, de simples soins locaux sont en général suffisants pour limiter les réactions.

    Une réaction allergique peut se produire : il est impossible de la prévoir.Cette réaction imprévisible est plus fréquente chez les patients ayant déjà eu une injection mal tolérée d’un de ces produits ou ayant des antécédents allergiques. Elle est généralement transitoire et sans gravité. Elle peut être plus sévère, se traduire par des troubles cardio-respiratoires et nécessiter un traitement. Les complications réellement graves sont rarissimes.

  • Que se passe t-il après votre examen ?

    Le médecin radiologue réalise l’analyse complète des images ; celle-ci est parfois complexe. Elle prend toujours un peu de temps car chaque examen produit un grand nombre d’images, à comparer parfois à celles de vos précédents examens. Il rédige ensuite un compte rendu qui est joint aux images (sous la forme d’un CD Rom). L’ensemble peut vous être remis ou bien il sera adressé directement au médecin de votre choix.

Avant, pendant ou après l’examen, n’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous préoccupent à l’équipe médico-technique.