Qu’est-ce que la biopsie ? :

  • Définition/Principe :

La technique de la biopsie du ganglion sentinelle (BGS) a pour objectif l’identification de ce(s) ganglion(s) par injection d’un colorant et/ou d’un colloïde radioactif, puis son exérèse pour étude anatomopathologique.

Le ganglion sentinelle (GS) est théoriquement le premier ganglion recevant le drainage lymphatique d’une tumeur.

  • Le but de cette biopsie :

Éviter un curage axillaire (CA) chez les patientes qui n’ont pas d’atteinte ganglionnaire. Ceci pourrait concerner jusqu’à 70 % des patientes présentant une tumeur de moins de 3 cm. Cette technique permet également de focaliser l’analyse histopathologique sur un petit nombre de ganglions.

Elle consiste à pratiquer l’ablation du premier ganglion du creux de l’aisselle en prenant l’hypothèse (qui s’est révélée juste dans l’immense majorité des cas) que si ce Ganglion dit sentinelle était négatif, les autres le seraient également : il est donc inutile de les retirer et d’alourdir le geste chirurgical.

  • Prendre rendez-vous avec nos spécialistes du pôle cancer du sein

    Sélectionnez la spécialité de votre choix

Dans quels cas utilise-t-on cette pratique ? :

Il est possible de réaliser cette technique de biopsie du GS dans les cas suivants :

  • Cancer du sein invasif de moins de 3 cm, unifocal, confirmé par une micro ou une macrobiopsie préopératoire. Cette dernière est réalisée le plus souvent par un Radiologue sous échographie ou sous mammographie, ou sous IRM.
  • Carcinome in situ étendu.

Cette technique est le plus souvent contre-indiquée en cas de traitement antérieur : Chirurgie, Chimiothérapie, Radiothérapie ou Hormonothérapie.

  • La chirurgie antérieure risquerait en effet d’interrompre le chemin des vaisseaux lymphatiques et masquer le Ganglion sentinelle.
  • Certaines chirurgies comme la réduction mammaire, l’incision du creux axillaire pour prothèse, sont des contre-indications relatives.

Que faut-il faire avant l’intervention ? :

  • Information à donner au médecin :

Vos antécédents médicaux, chirurgicaux, allergiques seront colligés.

Veuillez informer le médecin des médicaments que vous prenez. Il vous sera demandé d’arrêter la prise d’anticoagulants et l’aspirine dans les jours précédant l’intervention. Il faut être à jeun à partir de la veille de l’intervention.

  • Consultation anesthésique :

La biopsie du ganglion sentinelle est réalisée sous anesthésie générale, elle complète presque toujours la réalisation d’une ablation de la tumeur.

Une consultation chez l’anesthésiste précèdera d’au minimum 48 h le jour de l’intervention. Lors de cette consultation, l’anesthésiste fera le point avec vous sur les modalités d’anesthésie générale ou très rarement locorégionale voir locale. Il vérifie la faisabilité, évalue le risque et vous prescrit un bilan sanguin pour vérifier sa normalité si nécessaire.

Lors de votre consultation, un dossier administratif dit de préadmission sera effectué pour éviter trop de formalités lors de votre hospitalisation. Pour cela il vous sera demandé de fournir votre identité, votre carte vitale, votre carte mutuelle et le dossier préparé lors de la programmation de votre intervention par le chirurgien et sa secrétaire.

  • Conduites à tenir :

Il est nécessaire d’effectuer un champ opératoire c’est-à-dire une épilation du site chirurgical couvrant le sein opéré et le creux axillaire.

Cette opération est effectuée par l’équipe soignante de la clinique, mais peut-être effectuée par vos soins si vous le voulez.

Votre hospitalisation a lieu le plus souvent la veille de votre intervention. Il est possible que pour la chirurgie du sein, un repérage de la tumeur ait lieu la veille ou le matin de la chirurgie, après votre lymphoscintigraphie par exemple.

Vous devez être impérativement à jeun depuis minuit la veille c’est-à-dire sans manger ni boire ni fumer. Certains médicaments peuvent être pris selon les recommandations des anesthésistes uniquement.

L’hospitalisation nécessite que vous apportiez vos affaires et l’ensemble de vos radiographies et mammographies.

Il est recommandé de ne pas porter trop d’objets de valeur.

Déroulement de l’hospitalisation :

  • De manière générale :

Vous êtes accueillie dans votre chambre par l’équipe soignante qui vous donnera les premières informations concernant votre séjour, l’heure approximative de votre intervention et qui vérifiera votre dossier.

Avant de partir au bloc, votre dossier est recontrôlé par l’équipe soignante, souvent un médicament vous est donné, prescrit par les anesthésistes, pour vous relaxer : C’est la prémédication.

Un brancardier vous emmène au bloc opératoire.

Avant de commencer l’intervention une perfusion sera posée, petit tuyau dans une veine pour passer les médicaments nécessaires à votre anesthésie et à votre intervention. Elle sera posée de l’autre côté de votre chirurgie.

Votre dossier est à nouveau vérifié et l’équipe chirurgicale vous posera à nouveau des questions sur votre identité et sur le type de chirurgie prévue, le côté…

C’est la check-list mise en place pour améliorer votre sécurité, c’est la même partout en France.

Vous serez installée dans la salle d’intervention et commencera votre anesthésie.

  • Pour le ganglion sentinelle :

La veille de l’intervention ou quelques heures avant, on injecte un produit isotopique (faiblement radioactif) dans le sein qui va se diriger progressivement vers ce premier ganglion.

Celui-ci sera repéré après quelques heures par une « radio » (dite lymphoscintigraphie).

  • Quelles sont les contre-indications à cet examen ? :

Il n’y a pas d’allergie connue aux produits utilisés en médecine nucléaire. Les doses utilisées sont très faibles et n’entrainent pas de réaction de l’organisme. Les suites contre-indications sont la grossesse et l’allaitement. Si vous êtres enceinte ou pendez pouvoir l’être, signalez-le au personnel du service.

Le lendemain matin (ou l’après-midi si l’injection a eu lieu le matin), le chirurgien va injecter au début de l’intervention (le plus souvent sous anesthésie générale) un deuxième traceur sous la forme d’un colorant bleu dans le sein.

Puis l’intervention commence par l’incision de la zone repérée fixant l’isotope grâce à l’utilisation d’une petite sonde de détection.

Le chirurgien retirera le (ou les) ganglions marqués (soit par le bleu, soit par l’isotope soit par les deux marqueurs). Il n’est pas rare, en fait, que la biopsie du ganglion sentinelle concerne en fait 2 ou 3 ganglions.

Le (ou les) ganglions dits sentinelles sont alors adressés au médecin anatomo-pathologiste qui va d’abord les examiner au microscope immédiatement (examen  dit extemporané) : s’ils sont négatifs à ce premier examen, la procédure chirurgicale s’arrête car la probabilité que d’autres ganglions soient atteints est très faible et cela évite de pratiquer un véritable curage et limite donc les séquelles potentielles,
puis procéder ensuite à une analyse plus fine et plus complète dans son laboratoire dont les résultats parviendront au bout de 7 jours; si l’on découvre la présence de cellules cancéreuses, il faudra alors le plus souvent envisager de compléter l’intervention par une reprise chirurgicale du curage axillaire.

  • Durée :

La biopsie du ganglion sentinelle dure environ 15 à 30 minutes, mais le traitement du sein est souvent prévu durant la même intervention.

Durée totale : entre 1 heure et 1 heure et demie.

Après l’intervention le cathéter sera laissé en place s’il y avait besoin de passer des médicaments directement dans la veine.

Juste après l’intervention vous séjournerez en salle de réveil durant 2 heures environ puis un brancardier vous ramènera à votre chambre.

Des calmants sont prévus si besoin.

La reprise de l’alimentation se fait normalement dès le soir-même.

Durée de l’hospitalisation :

La tumorectomie associée à la biopsie du ganglion sentinelle : peut être réalisée en ambulatoire ou lors d’une hospitalisation de 1 à 2 jours. La durée dépendra surtout du petit drain posé dans la loge de tumorectomie et aussi du type de chirurgie effectuée pour le sein. Il n’y a généralement aucun drainage dans le creux axillaire lors de biopsie de ce ganglion.

À votre sortie vous passerez par l’accueil qui vous remettra le dossier administratif et différents documents dont le bulletin d’hospitalisation à conserver.

  • Anesthésie :

L’intervention nécessite généralement une anesthésie générale qui comporte ces propres risques ; L’anesthésiste vous en parlera lors de la consultation pré-anesthésique.

Suites opératoires :

Suites normales : Un désinfectant sera prescrit ainsi que des antalgiques. Le curage donnant souvent des douleurs locales au niveau de la face interne du bras, petite perte de sensibilité ou picotements, ces antalgiques fonctionnent bien.
Des anticoagulants seront prescrits pour une durée adaptée à votre cas (6 à 30 jours). Les injections sont à effectuer par une infirmière à domicile.
Une prise de sang est également nécessaire pour surveiller ce traitement, elle sera réalisée par l’infirmière.

Un petit gonflement au niveau de la cicatrice de la biopsie peut aussi apparaitre, bien souvent sans conséquence et disparait spontanément.

Certaines fois, une rééducation kinésithérapique du bras est prescrite.

À votre retour, il est conseillé de se reposer et vivre normalement. Les précautions concernent le bras afin d’éviter trop de mobilisation en force mais il faut le mobiliser sans l’immobiliser « par précaution », car l’épaule risque de s’engourdir.

Arrêt de travail : la durée dépend de la totalité de votre prise en charge.
Il vous est remis à la sortie par votre chirurgien.

Visite post-opératoire : Souvent effectuée avec votre chirurgien environ une quinzaine de jour après votre intervention.

Complications :

Tout évènement qui vous inquiète doit vous faire contacter votre médecin traitant ou votre chirurgien.

Celles-ci sont rares après biopsie simple d’un ou des ganglions sentinelles. Rares et beaucoup moins fréquentes que lors d’un curage axillaire complet.

Le risque d’hématome, de saignement important, d’abcès peuvent justifier, rarement, une reprise chirurgicale pour en effectuer le traitement.

Une petite collection de lymphe (liquide drainé par les ganglions) peut également survenir. Sa résorption est souvent spontanée.